AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La fin d'une histoire, le début d'une autre

Aller en bas 
AuteurMessage
Kalten
Timide


Nombre de messages : 8
Age : 44
LS : vdalliance
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: La fin d'une histoire, le début d'une autre   Mar 3 Oct - 17:13

Le quartier résidentiel était désert sous cette forte pluie. L'eau dégoulinait des toits et s'amoncelait en flaques, se préparant à faire la joie des enfants quand ceux-ci se réveilleraient le lendemain. Pour le moment, un Hume marchait tranquillement dans la nuit humide, ne faisant pas attention à la pluie. Il semblait soucieux, perdu dans ses pensées. Pas suffisamment en tout cas pour ne pas se rendre compte qu'il était suivi. Cependant, il continua son chemin comme si de rien n'était. Puis, arrivant à un carrefour, le Hume s'arrêta et dit d'une voix assez forte pour être entendu, sans se retourner :
"Tu as le choix l'ami. Tu passes ton chemin et tu cherches une nouvelle proie ou bien tu tentes ta chance avec moi. Je dois t'avouer que j'ai fait un long voyage pour arriver jusqu'ici. Je suis fatigué."
Redressant les épaules, il continua :
"Tu auras peut être de la chance. Que décides-tu camarade ? Es-tu joueur ?"
Pendant quelques secondes, il n'y eut que le bruit de l'eau percutant les murs et les fenêtres. Puis, en entendant les bruits de pas précipités, le Hume se permit un petit sourire, se demandant quelle aurait été la réaction d'une certaine Mithra, voleuse de son état, devant cette tentative avortée d'un spadassin.
S'étant assuré qu'il était seul, le Hume s'approcha d'une Mog House et déposa sur le pas de la porte une rose, la protégeant de la pluie.
"Coucou ma jolie frimousse" murmura-t'il, souriant.
Il partit aussitôt, replongeant dans ses pensées.

Quelques minutes plus tard, le Hume ouvrit la porte d'une autre Mog House.
"Bonsoir Mupopo. Comment vas-tu ?"
Un Moogle apparut, couvert de farine, un rouleau à tarte dans la main.
"KUPO ! Bonsoir maître ! Content de vous revoir ! Comme vous me l'avez demandé par message, je n'ai prévenu personne de votre retour. Un bain chaud vous attend. Vous semblez en avoir besoin. Kupo."
"Merci Mupopo. Qu'est ce que tu fais avec ce rouleau ?"
"Kupo. Le Moogle de Petitetaru est un ami et il est venu me voir car il n'arrivait plus à assurer sa confection quotidienne de gâteaux. Alors, je lui donne un coup de main, maître. Kupo."
"Si ça continue, elle va devenir aussi grosse qu'un snipper" dit Kalten en riant.
"Au fait Mupopo. Appelle moi Kalten. K-a-l-t-e-n. Kalten. C'est un ordre."
"Oui maître. Kupo."
Maugréant sur l'obstination des Moogles, "et surtout Mupopo" pensa Kalten, le Hume se détendit au contact de l'eau chaude. Fermant les yeux, il repensa une fois de plus à cette lumière blanche, rencontrée des jours auparavant.
Mupopo trouvait le Hume troublé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lauranna
Petit Flooder
Lauranna

Nombre de messages : 232
Age : 31
LS : Hybrid
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La fin d'une histoire, le début d'une autre   Mar 3 Oct - 19:32

la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalten
Timide


Nombre de messages : 8
Age : 44
LS : vdalliance
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: La fin d'une histoire, le début d'une autre   Jeu 12 Oct - 6:59

"Laisse la tranquille, sac à puces !"
J'essayais de faire reculer le loup, sans succès.
"Tu ne toucheras pas à cette demoiselle !" dis je avec hargne.
"Faites attention à vous, preux chevalier" entendis je.
Pour toute réponse, j'engageai le combat. La bête semblait dangereuse, il ne fallait pas faire d'erreur. Pour lui faire oublier sa première cible, je décidai de tourner autour tout en lui assénant de puissants coups d'épée.
"Attention chavalier !" criait la jeune demoiselle.
Je contrais adroitement chaque attaque de la bête féroce avec mon bouclier. Malheureusement, mon pied se prit dans une racine et je tombais à la renverse. Le loup était prêt à me sauter à la gorge. J'allais sortir ma dague quand tout à coup....
"Kalten, à table ! Laeria, tes parents t'attendent pour manger."
"Attends maman. Je termine le loup et j'arrive" répondis je.
"Kalten, laisse ce rocher tranquille et viens tout de suite."
"Un chevalier termine son travail avant toute chose" dis je.
"Le chevalier veut-il se prendre une claque sur les fesses ?"
"Non, non, j'arrive."
Je regardai le rocher avec soupir.
"On se reverra, sac à puces."
Laeria s'approcha de moi et m'embrassa sur la joue.
"Merci de m'avoir défendu, preux chevalier."
Je rougit, me trouvant tout à coup très bête.
Laeria rit en me voyant dans cet état et me demanda :
"Kalten, tu me protégeras encore, hein ?"
"Bien sûr ! Je serai ton chevalier servant !" dis je avec hardeur.
Laeria rit de bon coeur et partit rejoindre ses parents.

Promesses d'enfants... peut être les plus pures...

Vingt ans ont passés...

J'étais adossé à ce pauvre rocher tout en repensant à ces moments de bonne humeur. Peu de temps avant, en arrivant à mon ancien village détruit pendant la guerre, j'avais rencontré un vieil ermite qui s'était installé un peu à l'écart des décombres. Il semblait heureux dans ce décor de ruines et de verdure.
L'ermite m'amena alors près du lac, autre lieu de souvenirs. Rien n'avait changé. La couleur bleu profond des eaux, la végétation chatoyante, rythmée par la brise, les oiseaux virevoltants sans cesse. Oui, rien n'avait changé. L'ermite me conduisit vers l'endroit où Laeria et moi avions creusé un trou. Nous nous en servions pour y cacher des trésors, ainsi que des lettres pleines de mots et d'histoires d'enfants.
En arrivant sur la petite butte, je m'aperçu qu'il y avait une pierre à côté de notre cachette. En arrivant près de cette pierre, je pus me rendre compte que cette pierre était une stèle. Sur cette stèle, un nom et une phrase qui me firent tomber à genoux :
"Laeria
Qu'Altana la guide sur son nouveau chemin"
Ainsi, tout était vrai.

Quelques jours auparavant, Epok avait demandé à un jeune voleur d'aller "emprunter" certains livres à la bibliothèque de San d'Oria. Selon elle, j'y trouverais un début de réponse à cette lumière blanche qui m'obsède. Un soir où je ne dormais pas, je consultai ces livres. Je finis par y trouver une histoire intéressante.
Un Elvaan avait rencontré sur son chemin une lumière blanche qui l'attirait. Il décida de s'en approcher et vit le visage de son frère. Celui-ci lui disait quelque chose mais il n'arrivait pas à entendre. Arrivé chez lui, il appris que son frère venait de mourir des suites d'une mauvaise maladie. Une lettre lui était destiné. Cette lettre lui apprit que son frère lui léguait tout ses biens et lui disait combien il l'aimait. En conclusion, le narrateur, un scientifique à première vue, avait écrit que cette lumière blanche pouvait être l'incarnation de la pensée de quelqu'un pour exprimer l'amour ou l'amitié profond que cette personne éprouvait.
Après avoir lu ce livre, j'avais décidé de retourner à mon ancien village.

En voyant la stèle devant moi, je ne pus retenir mes larmes. Alors c'était vrai. Elle était bien morte.
"Je me doutais bien que c'était vous" dis l'ermite.
Les yeux humides, je le questionnai du regard.
"Les personnes qui sont venus l'enterrer m'ont raconté que cette jeunne femme leur parlait souvent d'un petit garçon chauve et tatoué qui jouait au chevalier."
Le vieillard me regardait.
"Vous êtes le seul chevalier chauve et tatoué à venir ici."
Encore sous le choc, je lui demandai :
"Savez-vous comment elle est morte ?"
Le vieillard acquiesça.
"Il semblerait qu'elle ait été attaquée par des Quadavs du côté de Beadaux. Elle faisait du commerce dans ces environs."
"Beadaux" pensais-je. Je restai agenouillé quelques secondes puis me relevai.
"Je vais revenir Laeria. Attends moi ici s'il te plait."
L'ermite me regardait.
"Vous allez bien chevalier ?"
"Non" répondis-je avec tristesse. "Merci pour tout" lui dis je.
Je partis, le regard louord de promesses de mort.
"Quoi que vous fassiez, chevalier, cela ne la ramènera pas" me prévint l'ermite.
"Beadaux", pensais je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalten
Timide


Nombre de messages : 8
Age : 44
LS : vdalliance
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: La fin d'une histoire, le début d'une autre   Dim 12 Nov - 22:09

Le vieux Quadav vint s'asseoir au centre de la pièce, comme d'habitude. Il déposa cérémonieusement son bâton sur sa droite, comme d'habitude. Les autres Quadavs attendaient qu'il prenne la parole.
Le vieux semblait réfléchir, ce qui sortait de l'ordinaire. Il redressa enfin la tête.
"Vous savez tous que je vais bientôt rejoindre nos ancêtres. Un nouveau chef devra être élu à ce moment. Avant cela, je vais vous raconter une histoire. Une histoire qui s'est déroulée à Beadaux, alors que je n'avais pas encore gagné le droit de porter une arme. J'étais bien jeune."
Le vieux repris son souffle.
"Beadaux a toujours eu l'habitude de voir des envahisseurs venant pour nous prendre nos trésors, un artefact. Mais ce jour là, il s'est passé autre chose. Une chose que nous n'avions jamais vu."
Le regard du vieux Quadav semblait ailleurs, peut être ses yeux revivaient-ils cette journée.
"Trois aventuriers sont venus : une mage blanche Tarutaru, un invocateur Elvaan et un dragon Hume. Je les voyais courir, ne se souciant pas d'éviter nos guerriers. Bien sûr, nous les avons attaqués. Personne ne traverse notre sanctuaire sans en payer le prix."
Le vieux baissa la tête.
"C'est à ce moment que tout commença. Ces envahisseurs n'ont jamais cherché à fuir. Au contraire, ils semblaient vouloir combattre. Nos braves tombaient les uns après les autres. Rien ne semblait pouvoir arrêter ces aventuriers. Un chemin de Quadavs morts se dessinait derrière eux."

Le vieux s'arrêta un instant, dévisageant son auditoire.
"J'ai vu leurs visages. J'ai vu et j'ai eu peur. La petite Tarutaru était partout. Elle soignait et donnait de la force à ses compagnons, elle affaiblissait les notres. On pouvait sentir un pouvoir terrible en elle, près à être utilisé. Pourtant, elle ne semblait pas s'en apercevoir. L'Elvaan invoquait ses avatars, déversant la mort par ses paroles. Ses yeux semblaient comme fous. Il semblait possédé par une force, un être monstrueux. Rien ne pouvait l'atteindre."
Le vieux Quadav ferma les yeux. Sa voix prit un air terrible.
"Et puis il y avait ce Hume. Ses yeux étaient froids, mortels, emprunts d'une peine immense et d'une promesse de mort. Sa lance déversait le sang des notres. Sa wyvern semblait partager sa douleur et sa haine. Il tuait froidement."
"Ces trois là n'étaient pas venus pour nos trésors ou nos artefacts. Non. Ces trois là étaient venus pour le sang. Et le sang de nos braves coulaient, la pluie n'arrivant pas à étancher cette hémoragie. Trois de nos braves guerriers avec un de nos mages les attaquèrent ensemble. Ils furent balayés. A ce moment, j'ai cru que nous allions tous mourir."

La voix du vieux Quadav était redevenue normale.
"A un moment, nous avons reculé. Nous ne savions plus quoi faire pour les éviter. C'est alors que le Hume fut attiré par un pendentif accroché à l'un des notres, mort. Il prit délicatement le pendentif qui ne nous appartenait pas et sembla le contempler pendant un certain temps. Le bruit des armes avait cessé. Seule la pluie se faisait entendre."
"Le Hume se retourna soudain vers ses compagnons et ils semblèrent se calmer. La Tarutaru les fit alors disparaitre, tous les trois. Ils étaient partis aussi vite qu'ils étaient apparus. Nous étions vivants mais notre sanctuaire était rouge. Ils étaient venus pour le sang et le sang a été versé."

Le vieux se releva doucement, son bâton à la main.
"Attaquer et piller nos adversaires ne doit pas nous faire oublier que, certaines fois, nous devons en payer le prix. Un prix terrible ce jour là. Cela en vaut-il la peine ?"

Le vieux Quadav rejoignit son refuge, laissant son auditoire dans le doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalten
Timide


Nombre de messages : 8
Age : 44
LS : vdalliance
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: La fin d'une histoire, le début d'une autre   Ven 17 Nov - 12:45

(hrp/ Dernier épisode. Désolé pour la longueur du paragraphe \hrp)

Le ciel était d'une rare pureté. Le lac reflétait ce bleu profond, aucune vaguelette ne venant perturber cette harmonie. Il n'y avait pas de vent. Le chant des oiseaux ajoutait à la quiétude du lieu.
Les deux hommes étaient côte à côte. Dans le regard de l'un, une sagesse sans âge. Quant au deuxième...

"Vous sentez-vous mieux chevalier ?"
"Dans un sens oui, l'ermite."
Kalten redressa la tête et son regard se perdit dans les profondeurs du lac.
"Parce que vous avez tué ?"
"Non. Parce que j'ai retrouvé son pendentif."
L'ermite regarda la pierre retenue par une lanière de cuir posée sur la stèle.
"Je ne regrette pas ce que j'ai fait à Beadaux, même si ce n'était pas une bonne raison."
"Je n'ai pas à vous juger, chevalier."
Kalten regarda l'ermite.
"Je me sens mieux d'avoir retrouvé son pendentif. Et pour une autre raison."
L'ermite regarda le foulard autour du cou du chevalier. Celui-ci mit sa main dessus, comme voulant cacher ce qu'il y avait dessous.
Le vieil homme reporta son regard sur la stèle.
"Cela en valait-il la peine, chevalier ?"
Kalten comprit que l'ermite ne parlait pas du pendentif.
"L'avenir nous le dira, vieil homme. Mais si cela marche..."
"Et votre vie ?"
Le chevalier dragon regarda la stèle.
"Ma vie ne compte pas, vieil homme. J'ai perdu mon amie d'enfance, celle que j'aime s'approche de la folie, deux de mes amis sont dans le coma, un autre perd la raison, et un autre encore est possédé par une force obscure."
A ces mots, Kalten remit la main à son coup. Un geste qui ne put échapper à l'ermite.
"Ma vie ne comptera que quand je les aurai sorti de là."
"Vaste programme pour un seul homme."
"Oui. Peut être n'y arriverai-je pas. Mais j'essaierai, même si je dois en mourir. Je le dois, pour eux. Et puis, je ne suis pas seul. J'ai toujours ma petite soeur, Petitetaru. J'ai aussi mes autres compagnons."
L'ermite reporta brièvement son regard sur le foulard.
"Je prierai Altana pour vous."
"Altana" répondit Kalten avec mépris. "Elle est une déesse. Et comme toutes les déïtés, elle ne fait que ce qui l'arrange elle."
Le vieil homme sourit.

"Faites ce qui vous semble juste, chevalier. Et ayez confiance, toujours."
Le chevalier était remonté sur son chocobo, prêt à partir.
"J'essaierai, vieil homme. Et merci pour votre prière. Je m'excuse pour ce que j'ai dit tout à l'heure."
Encore une fois, l'ermite sourit.
"Ne vous inquiétez pas. Je comprends votre réaction."
Kalten acquiesça.
"Au revoir vieil homme. Peut être nous reverrons-nous."
"Peut être chevalier. Peut être. L'avenir peut toujours se montrer surprenant."
Après un vague geste d'au revoir, le chevalier dragon s'en alla.
A ce moment, une légère brise se leva, et l'ermite entendit un rire cristallin. Un rire de petite fille.
Regardant la stèle, il s'aperçut que le pendentif avait disparu. Il se retourna, voulant appeler le chevalier, mais celui-ci était déjà loin.
Alors, pour la troisième fois de la journée, l'ermite se permit un franc sourire et murmura :
"Oui, ayez confiance jeune homme. Il semblerait que vous ayez un ange gardien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanthys
Timide
Lanthys

Nombre de messages : 9
Age : 43
Date d'inscription : 01/12/2007

MessageSujet: Re: La fin d'une histoire, le début d'une autre   Jeu 6 Déc - 17:48

toujours aussi doué Kalten
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin d'une histoire, le début d'une autre   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin d'une histoire, le début d'une autre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FFF-Hades :: Discussions :: La Taverne des troubadours-
Sauter vers: